Faire ses tablettes lave vaisselles maison…

En cette magnifique journée de Pâques j’ai décidé de prendre un peu de temps pour vous écrire ce billet tant attendu (parmi tant d’autres qui viendront dans les prochains jours.)

Comme le nom l’indique, voici la recette pour faire vos tablettes (ou pastilles) de lave vaisselles. La recette viens de d’internet mais j’ai légèrement fait a ma guise.

Après test j’en suis R A V I E .

Pourquoi j’ai décider de faire mes propres pastilles lave vaisselles ? Et bien tout bonnement parce que j’en avais marre de cette odeur chimique quant j’ouvrai mon lave vaisselle après nettoyage, j’en pouvais plus non plus de ces pastilles qui ne fondais pas ou pas assez bien. Et aussi et surtout !!!  J’en avais plus qu’assez de ces traces blanches sur mes assiettes noires. Puis le coût de ces fichu pastilles !! On a essayer cette avec le plastique qui fond. Celles sans le plastique. Celle avec la fameuse boule rouge au milieu. Celle les moins chères. Celles les plus chères. En moyenne chaque mois on dépenses 6 euros pour des pastilles lave vaisselles. 72 euros à l’année, sans compté le liquide de sel etc etc… En plus le mien, de lave vaisselles trimballe derrière lui de longues années (on nous l’a donner on ne va pas s’en plaindre) mais il n’est plus très efficace. Je ne sais pas vous mais moi je me suis dit que c’était un sacré budget et pas très écolo.

Vous le verrez dans les prochains articles, je m’y suis mise a l’écolo !!! Et je compte faire le plus possible maison et bio désormais.

Alors j’ai a peu près compté, par ans les pastilles de lave vaisselles maison vous reviendrai a 35 euros a peu près. Et a 5 minutes par mois en temps. Vous n’êtes toujours pas convaincu ? Laissez mois donc vous donner la recette et regarder les ingrédient. Que de bon produits ! Pas nocif pour la santé. (même si je m’inquiète de l’acide de soude, mais j’ai vu qu’on pouvez en faire pleins de chose, C’est un produits ménager très convainquant, rouille, calcaire etc etc… Avec juste un peu d’eau et le tour est jouer, donc finalement No Panic !

RECETTE:

-60 grammes de cristaux de soude

-60 grammes de bicarbonate de soude

-60 grammes d’acide citrique

-60 grammes de gros sel de mer.

-15 gouttes d’huiles essentielle de citron

-Très peu d’eau (je vous conseille d’y aller vraiment gouttes par gouttes)

-1 bac a glaçons (ou deux pour le mois).

*Mélangez tout les ingrédients sauf l’eau.

*Incorporez gouttes par gouttes l’eau. Il faut que la matière vous fasse penser a une boule de neige. (les cristaux de soude sont très présent mais n’y faites as attention, ils vont finir par fondre.)

*Une fois que la consistance vous fait pensez  à une boule de neige vous pouvez la verser dans les bac a glaçons. (Je vous conseille de le faire a la cuillère car si vous avez des cuticule autour des ongles cela risquerai de vous piquez un peu) Ne remplissez les bac a glacons qu’a moitié car la mixture continue a travailler, elle va gonflé et débordé des bacs a glaçons.

*Laissez sécher a l’air libre durant 24h.

Enfin mettre en bocal en verre de préférence.

 

Pour ce qui est de l’acide citrique il ce trouve dans certaines épiceries biologique. Pas dans toutes. Mais ne désespérer pas, vous finirez par le trouver.

 

Je vous souhaites à tous un très bon Week-End de Pâques.

Et à très vite pour un nouveau billet écolo.

Publié dans : Non classé | le 16 avril, 2017 |Pas de Commentaires »

C’est le fouilli…

Ce soir, comme l’indique le titre, c’est un peu le fouilli. Ce billet risque donc de partir un peu dans tout les sens. Dinosaurette est endormi depuis une petite heure. Je devrai surement faire de même mais mon cerveau ne décroche pas. Je me pose milles et une question.

En ce moment je me demande si la terre tourne bien rond pour nous. J’ai plutôt l’impression que c’est la débandade. Notre vie a nous, c’est les montagnes russes. Jean qui rit, Jean qui pleure. Tu voit le genre ? J’essaie de ne pas trop penser a tout ça, j’essaie de me focaliser sur ce qui ce passe de bien dans nos vies, de mettre ce qui est mal de côté; mais ce que je met de coté (plus facilement la semaine avec le boulot et tout le tralala qui va avec) reviens vite au galop quant je me retrouve seul, au calme… Et c’est souvent avec un papa qui travail très tard le soir et une petite dinosaurette qui réclame le sommeil de plus en plus tôt.

Je ne peut pas m’empêcher de la regarder dormir et de me demander pourquoi ! De me demander encore et toujours quel est donc le but à tout ça. Je sais bien qu’il y a pire, je suis consciente des atrocités qui ce passe dans le tiers monde, mais là ça touche mon enfant, la chair de ma chair, ce que j’ai de plus précieux au monde; donc forcément, je ne peut que m’inquiéter. Et ça va, je trouve qu’on ne s’apitoie pas sur notre sort parce que justement dans ce tunnel sombre elle nous éclaire de son rire.

En fait ce qu’il y a de plus difficile c’est de ne pas savoir. Ne pas savoir ou tout cela va nous mener. Tout comme la grossesse nous sommes dans le brouillard. Encore et toujours ce satané brouillard que tu pense avoir quitter pour y revenir de plus belle. Ces milliards de questions auxquelles personnes ne te répond. Et l’entourage qui ce veut encourageant mais qui n’aide pas. Je commence de plus en plus a détester parler a la famille et les amis proche. Car ils on tous la même réponse « Mais c’est rien, juste un petit retard, laissez lui du temps ! » C’est si facile a dire quand ça ne concerne pas nos propres enfants. Quand ce n’est pas nous les parents. C’est facile a dire qu’il faut lui laisser du temps ou que ce n’est rien quand on ne passe que 2,3,4 voir 6 heures avec nous… Rester des jours et des jours. Regardez la donc joué, regardez la, bien concentré dans son petit monde balancé son jouet comme le font tout les enfants de son âge, et maintenant s’il vous plait, regardez la encore ! Regardez sa toute petite main essayé d’attraper le jouet en question, maintenez le regard parce que c’est pas fini ! Regardez son buste faire des a coups et regardez combien elle essaie d’étiré tout son corps au maximum pour essayer de l’attraper ce jouet qu’elle aime tant a ce moment là… en vain ! le spectacle continue, regardez encore ! Regardez ce petit minois ce déformé. Regardez la revenir a la position initial en soupirant et en s’énervant,  regardez la rassemblé ses deux petites mains sur ses jambes et observé encore son jouet de loin… regardez et retenez son visage déçu et observez la cherché un jouet autour d’elle qui pourrai remplacer celui qui c’est échappé un peu trop loin d’elle. Enfin regardez la rassemblé son énergie pour construire a nouveau un jeu. Vous avez bien observez ? Imaginez vous voir cela tout les jours ! Encore et encore ! Voir son enfant rassemblé tant d’efforts et ne pas y parvenir est tout simplement horrible a supporté. Donc si c’est grave !

On l’aide au maximum, même si on nous a demander de ne pas intervenir, parfois nous n’y parvenons pas. Cette image est bien trop difficile a supporter. Je déteste la voir s’énervait et être triste a cause de quelque chose d’aussi futile qu’un jouet trop loin d’elle. Je déteste le fait qu’elle  doivent a nouveau réalisé un jeu. Je déteste qu’elle ai toujours besoin de nous pour son jouet, pour circuler dans la pièce, pour aller embêter son chat… Elle ne mérite pas tout cela. Elle a déjà tellement souffert.

L’image qui me vient actuellement c’est son premier pâques. Nous qui pensions que Noël serai sa dernière première fois dans nos bras. Nous qui pensions et rions déjà en imaginant une petite dinosaurette que nous tiendrons par les mains, qui serai tout excité, qui aurai une démarche bien trop rapide pour être coordonnée, en train de chercher des œufs en chocolat dans le jardin de papi et mamie… Je ne suis pas déçu, loin de là, je serai heureuse de voir l’émerveillement dans les yeux de ma princesse; mais je me pose des questions… Je me demande combien de temps tout cela va t-il durer encore… Je la trouve déjà un peu emprisonné dans son corps et çà me tétanise alors plus les semaines et les mois passent et plus cette douleur augmentent. Je me demande si elle finira un jour par marcher. Si elle courras. Si nous ferons la course un jour vers la boulangerie, ou vers les bras de papa. Si elle marcheras sur la plage cet été. Si elle saura un jour pédalé sur son vélo… C’est plein de questions qui pour vous paraissent stupide, qui pour moi paraissent existentiel.

En attendant elle progresse niveau babillage; elle dit « caca » et le répète quant on lui dit. « papa », « maman », « atta » qui signifie « attend », « tata », « baba », « nan nan nan » qu’elle répète après nous aussi… Elle commence a jouer toute seul a ‘cacher/coucou’ en mettant ses mains sur sa tête et en explosant de rire instantanément, histoire de bien faire fondre mon cœur. Elle signe « bravo », « coucou », « gâteau », « tété » (mais elle le signe sur moi et non sur elle), « non »….. Elle a depuis aujourd’hui le réflexe de ce rattraper avec les mains quant elle tombe en arrière, pour pas que ce soit la tête qui vienne taper le sol en premier, ça s’appelle ‘faire le parachute’. Les enfants devraient l’avoir vers l’age de 4/6 mois…

Je me concentre sur ses progrès, sur ses acquis et j’attends… mais l’attente ne panse pas les blessures. Heureusement qu’il y a ses rires pour le faire le temps d’un instants.

 

Publié dans : Non classé | le 14 avril, 2017 |Pas de Commentaires »

… et la désillusion !

Ma fille est en train de mangé, je viens de lancé une machine, je devrai maintenant plier le linge sec (non,je ne repasse plus depuis que je suis maman, je préfère passer 2h par semaine à faire autres choses avec ma fille… Il suffit de bien étendre son linge pour qu’il ne soit pas froissé… Non je ne suis pas encore au stade ou j’achète uniquement des vêtements infroissable LOL)… bref, je devrai plier le linge sec pendant ce moment de calme mais j’ai plutôt décider de vous écrire sur un sentiment qui me fait autant de bien que de mal. Besoin d’exorcisé tout ça.

Les relations avec ma famille sont assez complexe. Elles l’ont toujours étaient. Je n’ai pas grandi avec ma mère; fraichement divorcé de mon père, elle a pris ma grande soeur et m’a laisser. Chacun d’eux on refait leur vies de leur coté. J’ai grandi avec mon père, ma belle-mère et mes frères et soeurs. Ma soeur à grandi avec ma mère, son nouveau compagnon et deux frères. Les années ce sont écoulées ainsi, sans avoir de nouvelles de leur part, sans qu’elles aient de nouvelles de la nôtre. Je ne sais pas ce qui est passé par la tête de ces adultes, mais les choses sont faites on ne peut pas revenir la dessus…

Tout commence donc là. Les soucis avec ma famille en l’occurrence.

Durant toute mon enfance et mon adolescence je place ma mère sur un piédestal. Elle me manque atrocement, les choses ce passent très mal chez mon père, je veut vivre avec elle mais je ne dit rien. J’encaisse coup après coups, jusqu’à mes 18 ans ou je prend un sac de fringues, mon cahier et mon stylo et prend mon envol. Le train direction Paris. Dans mon optique je veut vivre chez ma mère. Mais elle ne voudra jamais. Heureusement donc que mes beaux parents sont des personnes incroyable qui m’ont ouvert les portes de leur maison. Une maison ou j’y ai trouver la définition du mot « bonheur ».

Et voilà ! C’est le début de tout !

Le début de ma quette perdu à l’amour de ma mère. Amour qu’elle ne me fera jamais sentir. Encore aujourd’hui, après 8 ans de … quel est le mot adéquat ? RELATION ? … Je ne sais même si on a une relation… Bref, même aujourd’hui après 8 ans de relation, d’échanges si vous préférais (de toute façon ça n’a même pas d’importance) Je ne lui pardonne pas tout cela. Je ne lui pardonne pas ses 17 ans d’absence.

Un jours Elle auras le culot de me reprocher de ne pas l’aimer comme une aime une mère, et je lui cracherai a la figure qu’elle n’est pas a mère, que je n’ai aucune considération a lui devoir…

Tout est tellement plus compliquer avec elles. (ma mere et ma soeur).

Viens ensuite le moment ou je devient maman a mon tour. Et je devrai plutôt dire, le moment ou j’ouvre les yeux réellement sur cette famille !

Je n’ai pas était élevé par ma mère, je n’ai pas grandi avec ma soeur, donc toute ses petites choses qui font de plusieurs personnes une famille (je ne parle pas des liens du sang évidement) je ne les aient pas avec elles deux. Je me sens mal en leur présence. Je ne les comprend pas. Et je me suis rendu compte il y a peu que je ne les aiment plus. C’est douloureux de vous écrire cela, mais je ne peu pas m’obliger a les aimer. Et je pense que c’est ce que j’ai fait jusqu’à présent. Je me suis obliger a les comprendre, a les aimer, parce que c’était ma mère, que c’était ma soeur… Que c’était une logique; on est censé aimer notre famille… Mais les liens du sang ne font pas tout. Il n’y a aucune loi sur les sentiments.

L’arrivée de ma fille m’a fait découvrir ce qu’une mère éprouve pour son enfant. Ma fait découvrir ce dont ma mère m’a privé. L’arrivée de ma fille m’a fait comprendre que à part de ne pas aimer son enfant rien ne justifie ses actes.

Vous savez, je suis persuadé qu’elle ne m’aime pas… Chaque petite chose qui ce passe dans nos vies avec mes freres et ma soeur maternelle, chaque accrochages entre nous, aussi minim soit il, elle défendras toujours ses 3 enfants. Ses enfants qu’elle a aimer, qu’elle a choyé…

J’ai longtemps était a la quette de son amour, j’ai perdu énormément de temps, mais je doit vous dire, j’ai mûri; du coup je voit les choses différemment. Elle me dira qu’elle m’aime parce qu’elle s’en sent obliger, quel genre de mère serait elle sinon ?

Avant je m’en contenté, Mais l’amour ce n’est pas de dire a son enfant qu’on l’aime, c’est le lui prouver chaque seconde de notre vie. Par Des attentions, des regards, des larmes de joies, de tristesse, des inquiétudes réelle ou fondé, des gestes, de mots… L’amour qu’on porte à son enfant est difficile a dire, a décrire, ce sont des mots qui nous arrachent le cœur  tellement ils sont forts et tellement nous avons du mal a les rendre juste.

La naissance de ma fille m’a appris beaucoup de chose.

L’amour d’une mère ne se gagne pas, ne ce mérite pas. C’est inné.

Alors aujourd’hui je n’ai plus aucun regret. J’ai décidé, après bien des mois de réflexions, de couper les ponts avec cette partie de ma famille. Je suis maman et je pense a ma fille. Je n’en peut plus d’être hystérique chaque fois qu’elles sont la, car nous ne nous comprenons pas, car il y aura toujours cette rancœurs qui me fait explosé au moindre pets de travers de leur part. Car nous n’avons pas la même éducation, nous n’avons pas la même vision sur ce qui nous entour, ce qui est réellement important et ce qui ne l’est pas, parce qu’elles ne sont pas ce que je veut vraiment. Elles ne sont pas ma mère, ni ma sœur. Sur le papier oui, bien entendu, mais dans la vie, dans mon cœur et dans ma tête non…

Il y a peu, je regarder les photos, les vidéos, j’ai fait un constat horrible. Mon sourire est faux sur chacune des photos avec ma mère. Je déteste quand elle me touche, quand elle me dit qu’elle m’aime. Je n’aime pas être contre elle. C’est fou… Elle m’a allaité, je devrai me sentir bien auprès de sa peau. Je devrai ressentir cette sensation de pesanteur que ressent le fœtus dans e ventre de sa mère. Mais ce n’est pas le cas. Sa voix m’insupporte, ses actions me dégoute.

Et a l’heure d’aujourd’hui je n’aime pas quant elle dit que Dinosaurette est sa petite fille. Car pour moi elle ne peut pas ne pas être une mère et être une grand mère. Et puis pour le peu qu’elle s’en intéresse à ma fille… Elle n’a même pas était capable de prendre des nouvelles d’elle quant elle a était opéré…

Noel, le baptème, et maintenant sont premier anniversaire, a chaque fois il y a eu une histoire… Ce n’est pas sain, je ne veut pas de ça dans la vie de ma fille. Je veut le meilleur pour elle, et sa commence par la famille. Elle ne mérite pas de voir sa maman, enragé chaque fois, tel un lion en cage, elle ne mérite pas de voir sa maman pleuré le soir en l’endormant parce que je ressasse, elle ne mérite pas de voir son papa et sa maman ce disputer et ce faire la tête a cause de toutes ses tensions autour de nous… Non elle ne mérite pas tout ça.

Ce que je veut vraiment c’est une famille unie autour de ma fille.

Ce qui m’embête ce sont pour les enfants, mon neveu et ma nièce, car eux n’ont rien demandé. J’espère pouvoir les voir tout de même de temps en temps…

Mais une chose est sur la page est tournée, j’ai besoin d’autre chose, j’ai besoin de confiance. J’ai besoin d’une soeur qui est aussi ma meilleurs amie et ma confidente. Et sa je l’ai. C’est une soeur avec laquelle j’ai grandi.

 

 

Publié dans : Non classé | le 9 avril, 2017 |Pas de Commentaires »

S’il te plait mon amour, Prends conscience de ton corps.

Je ne sais pas si c’est le fait que je commence a me renfermer et à vouloir nous protégé, ou si ce sont les évènements qui deviennent plus difficile à vivre au fur et a mesure que le temps passe, mais j’ai de plus en plus de mal a me livré sur nous; ma famille et moi. Cela fait plusieurs semaines que je dit qu’il faut que j’écrive ce billet, sans le faire; plusieurs semaines qu’on me pose des questions auxquelles j’ai du mal a répondre… C’est bizarre je ne ressens plus l’envie de me livré, je ressens juste actuellement l’envie de justifié / éclaircir les choses… Alors je vous souhaite un bon billet.

Jusqu’à lors nous avions conscience des soucis de santé de notre petite Dinosaurette.

- Délétion chromosomique

- Retard de croissance intra et extra utéro.

-Souci cardiaque qui a nécessité une opération.

Mais depuis peu, notre vie à pris un sacré tournant…

Avant et après l’opération cardiaque, les médecins soupçonnaient un syndrome. Le syndrome de Jacobsen. Étant professionnelle de la petite enfance, je connais ce syndrome. Je sais quel en sont sont les « symptômes » … Au début ce n’étais qu’une suspicion parmi tant d’autres; le cas de notre fille interroge beaucoup les médecins, car la délétion chromosomique dont elle est porteuse n’est jusqu’à présent pas répertorié en génétique, du moins pas en France.

Mais tout juste après l’opération, la suspicion à étais annoté sur papier, et je peut vous dire que ça fait tout drôle (bien entendu c’est un euphémisme) de lire cela sur le dossier médical de son enfant. Jusqu’à cet instant, ce n’était qu’une discussion entre les médecins et nous même. Mais à partir du moment ou c’est noté dans le dossier médical, tout les médecins y ont accès. Çà la suivra toute sa vie.  Et là j’ai réaliser de l’ampleur de la situation. J’ai reçu un sacré coup de massue. J’ai appeler en urgence le généticien qui m’a suivi pendant la grossesse et qui à vu notre fille à l’age de 3 mois. Je lui ai expliquer ce qu’il en étais et je l’ai supplier de faire des examens. Ce renseigner. Chercher. Comprendre. Ce qu’il a fait sur une durée de 3 semaines en m’appelant régulièrement pour avoir des petits éclairages par ci par là. Puis lors du dernier coup de fil il m’annonce qu’il ne comprend pas. Pour lui ce n’est pas le syndrome de Jacobsen. Car ce fameux syndrome touche la partie haute (le bras court) du chromosome. La délétion dont est porteuse notre fille ce trouve sur le bas du chromosome (le bras long).

L’annotation sur son dossier médical n’as donc pas lieu d’y être.

Gros soulagement ! On peu respirer un peu…

Vraiment qu’un peu… Car peu avant ses 1 an, voilà qu’on apprend, dans ce même cabinet qui nous a déjà appris beaucoup de mauvaises nouvelles jusqu’à présent; que notre petite Dinosaurette à un retard psychomoteur. En l’occurence on ne serai pas tant inquiétais si ça avais était observer chez un enfant « lambda ». Mais quant il s’agit de dinosaurette, ça prend toujours des proportions affolante… Les médecins s’inquiètent assez vite dès qu’il y a un pets de travers, car avec ses antécédents médicaux il faut être réactives…

J’avoue avoir vu ce retard… Cet écart avec les autres enfants, a partir de ses 9 mois; mais je ne veut pas être ce genre de parents dans la comparaison. Parce que chaque enfants est unique, ils n’évoluent pas tous de la même façon. Je me suis dit « elle sait faire pleins de choses que d’autres enfants ne savent pas encore faire »

Soit !

J’énumère toutes ces choses au médecin en fasse de moi…

Le cérébral et le moteur c’est différent parait-il…

Notre fille n’a pas conscience qu’il faut ce déplacer. Ramper; faire du 4 pattes, s’asseoir seule; essayer de ce lever… Tout ça elle ne sais pas faire. Elle n’essaie même pas de le faire. Notre fille est apparemment bien trop calme aussi…elle ne montre pas du doigts, ne suit pas le notre quant on voudrai lui signaler quelque chose au loin, ne babille pas…

Notre fille à 12 mois, et je ne m’inquiétais pas… Devons nous remettre en question notre système d’éducation ?

Notre fille de 12 mois n’avais déjà pas assez d’entretien médicaux…

Aujourd’hui cela fait 2 semaines qu’elle voit la psychomotricienne, (2x). Cette personne est douce, calme et elle n’a pas peur de dire les mots. Elle ne comprend pas qu’on ne nous ait pas alerté plus tôt de ce retard. Elle dit comme moi « Chaque semaines de passées est une semaine de perdu avec de si petits enfants ». Vous vous rendez compte qu’ils ont des millions de connections cérébrale par jours !! Quant ils sont stimulaient, que leurs environnements et les découvertes sont riche…Bien entendu !

Thomas est moi sommes des parents stimulant, mais nous sommes des parents assistant… J’en prends conscience aujourd’hui. Nous avons pensait bien faire. On ne voulais pas la forcer à ce retrouver dans une position qu’elle n’appréciais pas… en l’occurrence être allongé sur le dos. Pour rappel, dinosaurette a eu un très fort reflux gastro-œsophagien qui la faisait terriblement souffrir, au point de perdre connaissance et d’arrêter de respirer. Un reflux qui a nécessitait une hospitalisation et un proclive dans son lit. Elle ne devais jamais ce retrouver à plat car les risques de reflux était plus important. Elle dormais donc incliner a 25 degré. Quasiment assise.

Pour les moments de jeux c’est nous l’asseyons sur le tapis, ce depuis ses 4 mois. Sur le dos ou le ventre elle pleurais a s’en casser la voix. Je ne pouvais pas la laisser s’époumoner juste pour l’habituer et la laisser faire pour qu’elle apprenne a ce déplacer seule tout de même !!

Son retard et de 6 mois… Oui, c’est dur a entendre. Ma fille de 12 mois réagit avec son corps comme si elle en avais 6… Elle n’a pas conscience de son corps…

Quelques exercices sont mis en oeuvres en collaboration avec la psychomotricienne.

Elle ne sais pas d’ou viens sont retard moteur, on ce voit 1x par semaine durant 2/3 mois et si toujours aucun progrès il faudrai ce tourner a nouveau vers les généticiens. Elle pense que ce retard peut être dut a sa petite taille et a son reflux qui l’a empêcher d’être sur le dos, d’explorer et découvrir les capacités du corps; mais il est aussi possible que ce soit a cause de sa délétion chromosomique.

Elle s’inquiète du fait que sa jambes gauche est très raide et que son pied (gauche) traine quant elle essaie de marché. Ça je l’avais remarqué il y a longtemps, même signalé au pédiatre mais elle m’avais dit que ce n’était rien…

Nous marchons sur les oeufs encore une fois…

Chaque petit progrès, comme dire « papa » me met dans un état d’émerveillement total.

Après beaucoup de larmes encore une fois, quoi qu’il arrive, quoi qu’il advienne, notre Dinosaurette resteras toujours notre dinosaurette…

Que ce soit un simple retard ou un handicap, notre fille sera toujours le trésor de notre vie.

Publié dans : Non classé | le 8 avril, 2017 |Pas de Commentaires »

Signer avec bébé…

Aujourd’hui je vient vous écrire un billet quelque peu intrusive dans notre vie familiale.

J’ai mit du temps a me décidé à l’écrire parce que j’avais peur du regard des autres… Il est vrai que depuis que je suis maman j’ai l’impression d’être « public »… Que les gens on le droit d’omettre un avis sur ma façon de faire, de dire, d’agir, de réagir… Tout ça sans que je n’ai eu besoin de les y autorisé… Du coup j’étais un peu sur la réserve.. Mais je me suis dit « Après tout si ça peut aider et/ou intéressais des personnes je ne vois pas pourquoi je m’abstiendrai ! »

Me voilà donc en train de vous ouvrir les portes de chez nous.

si vous lisez et me suivez un peu sur le blog ou les autres réseaux sociaux, vous savez que notre petite Dinosaurette à quelques soucis d’ordre médical. Qui ce sont stabilisé depuis son opération cardiaque. Et que les médecins soupçonne un petit syndrome d’ordre neurologique… soupçonne ! Malheureusement seul le temps nous diras si tout cela est derrière nous ou si un nouveau combat débute… Bref ceci étant un autre débat, un autre sujet d’article, qui s’éloigne mais est aussi étroitement lié a celui ci, je ne m’attarderai pas plus…

Voici donc plusieurs mois que nous avons décider de signer avec Petite Dinosaurette. Pratiquer le langage des sourds et muets.

La question qui revient souvent est: « mais pourquoi ? Elle n’est pas sourde ? »

Effectivement elle n’est pas sourde… Mais j’aime demander en retour, « faut il savoir nager pour jouer à l’eau ? » La réponse est évidemment que non ! Le plaisir passe en priorité ! l’apprentissage en second. Mais parfois les deux combiné procure un réel plaisir. Apprendre à nager tout en étant dans l’eau est incroyable n’est-ce pas ? Et puis d’ailleurs ou voulez vous apprendre a nager si ce n’est pas dans l’eau ?

Mais parler avec le corps est beaucoup plus simple pour un enfant de cette âge. Les signes sont toujours associé au mot. Nous ne le faisons pas attention mais nous signons beaucoup… Observez votre enfant vous regarder signer « les petites marionnettes » ça l’intrigue, il est heureux et le montre. Quant on signe avec son enfant, quelque chose de fort ce crée, le contact visuel permanent ! Ca vous parait peut-être anodin, mais pour lui c’est important. On lui montre une attention a laquelle il a conscience. Quel frustration de ne pas pouvoir s’exprimer, de devoir attendre que l’autre comprenne mes envies/besoins…

Du coup, Je me suis pas mal renseigner avant de me lancer. Je voulais absolument être sur de moi quant au fait que je tiendrai le coup et que je n’allais pas abandonner au bout d’une semaine car trop compliquer a mettre en oeuvre.

C’est quelque chose qui me tenais beaucoup à coeur…

Voici comment tout à débuté :

Un jour, lors du change, je faisait des grimaces a petite dinosaurette. Elle avais acquis ce roulement des lèvres qui envoie des poustillons partout tout en faisant du bruit depuis quelque jours déjà. Je m’amusais donc a lui faire. Et elle me répondais en retour. J’ai trouver cela si merveilleux, j’avais l’impression de communiquer avec ma fille a travers ce jeux. Quel bonheur ! Il m’est donc venu l’idée de faire plus !! Je sais qu’un très jeune enfant et capable de reproduire des gestes bien plus facilement que des mots. Il me fallait donc travaillais sur cela. La comprendre avant même qu’elle ne sache parler… C’est donc devenu mon obsession. J’ai longuement chercher sur internet des témoignages de parents qui parlais en signant alors que leurs enfants sont entendant. C’est comme ci une lumière c’était allumé, j’y voyais plus clair…

J’en ai parler à Thomas, il a était pour directement. (même pas eu besoin de déblatérais tout ce que j’avais ingurgité durant des jours et des jours; je pense que quant il s’agit de l’éducation de notre fille il me fait suffisamment confiance pour savoir que je ferai au maximum du mieux possible et que si je veut mettre en place quelque chose avec elle, c’est donc pour son bien.) J’ai donc imprimer des  pages et des pages de dessin de mots signer… Et on a commençais a les apprendre. C’est vraiment un amusement, si vous nel e ressentez pas comme cela ce n’est pas la peine de le pratiquer.

C’est très simple a apprendre, surtout avec le livre « ENCORE ! » Des éditioons  monica compagnys… Les dessins sont clairs, nets, précis ! Des petites expliacations à coté de chaque images pour nous aidais a reproduire au mieux les signes…

A savoir que vous ne  signez pas une phrases entières ! Mais juste les mots clés. Par exemple dans : « Tu veux un gateau ? » vous signez le mot « gateau » ou bien « encore … gateau »…

Pour ce qui est du regard des autres je commence a m’en détaché, je signe de plus en plus a l’extérieur, au pire si les personnes regarde et bien c’est bien, aujourd’hui ils auront vu quelque chose qu’on  voit encore bien trop rarement.

Pour ce qui est du dialogue avec petite dinosaurette elle reproduit certains mots, comme : « calin », « dodo », « non », « oui »,qu’elle accompagent avec les signes de tête « bravo’ », « manger », « téter », « bonjour », « merci » mais je croit qu’elle confond ses deux dernier a cause de nous, car nous les confondions au début, ils sont très similaire; « au revoir », « plus »….

La première fois qu’elle a signer j’ai cru pleurer tellement j’étais émerveiller et cela m’a donner envie de poursuivre l’aventure en me performant encore plus.

Il y à pas mal de louper encore, mais on arrive à ce comprendre et je peu vous dire que cela change la vie d’avoir un bébé qui communique un peu.

 

En espérant vous aidez, vous avoir guidez; mais jamais de vous poussez….

a bientôt .

 

« …Tes gestes je saurai les lires pour enfin trouvé les mots… »

Publié dans : Non classé | le 10 mars, 2017 |Pas de Commentaires »

Comment savoir si nos interventions sont mauvaises pour la motricité libre…

Dinosaurette à 11 mois…

Elle tient assise seule depuis l’âge de 4 mois, elle sais ranger les jouets dans les boites, faire « bravo », elle souffle sur sa cuillère, fait des caresses et des bisous quand on lui demande, tend les bras pour qu’on la prenne, met sa cuillère seule dans la bouche et boit au verre depuis aujourd’hui… Elle est très ouverte aux différente activités que je lui propose, curieuse de tout ce qui l’entoure… Elle ce retourne seule…

Mais … Il y a toujours un mais !

Elle n’essaie pas de ce rasseoir seule quand elle bascule… Enfin ! Si elle fait des abdos (tête et poitrine relevé ainsi que les jambes, mais le buste rester collé au sol, il ne veut rien comprendre celui là)…

J’ai tenté de lui faire comprendre comment ce rasseoir seule, en lui faisant attraper ses pieds au moment ou elle fait ses fameux abdos, ça la fait plutôt bien marrée mais elle n’a pas l’air d’être intéressait par le système. J’ai aussi essayé de la faire s’asseoir en ce mettant sur le ventre et en pliant ses jambes tout en poussant sur ses bras… m’enfin, vous voyez bien le genre de gymnastique quoi…

Du coup voilà d’où m’est venue cette question : « Comment savoir si nos interventions sont mauvaises pour la motricité libre ? » … Ce que je fait pour aider Dinosaurette à trouver la technique pour s’asseoir seule est mauvais pour elle, pour sa motricité libre ? Je ne veut pas la brusquer, j’ai le sentiment qu’elle bloque et que cela l’énerve car elle chouine quand elle essaie de ce rasseoir… Je ne veux pas qu’elle ce sente prisonnière dans certaine position… De mon point de vu c’est surtout une aide au développement, une clé que je lui donne, mais j’ai peur de mal agir en essayant de bien agir…

Voici donc toute la difficulté dans la motricité libre… observer, ne pas faire… mais ou est donc la limite du mot AIDER ?

Elle chouine également pour que je la mette sur ses pieds mais ne le fait pas d’elle même… Elle ne rampe toujours pas non plus. (Cela dit elle n’aime pas du tout la position ventrale, de part ses différents souci de santé) C’est d’ailleurs aussi pour ses différents petits soucis/différences que je me pose pas mal de questions, j’ai peur qu’elle ai du retard… Elle est déjà un peu trop suivi médicalement à mon gout, il suffirai plus qu’ils nous envoient vers un psychomotricien ! D’un autre coté je me dit qu’elle c’est fait opéré du cœur il y a peu encore, puis son satané retard de croissance qui ne l’aide pas tellement elle arrive depuis peu de temps a attraper ses pieds…

 

C’est difficile de trouver un juste milieu…

Je me dit qu’à la crèche elle sera avec des enfants de son age et qu’elle sera certainement plus incité à faire certaine chose…

 

Publié dans : Non classé | le 5 mars, 2017 |Pas de Commentaires »

Cododo et culpabilité …

Jusqu’à l’âge de 4 mois, dinosaurette a fait ses nuits. De très belle nuits. Elle s’endormait vers 23h et ne ce réveillait pas avant 10/11h.

Mais voilà, les douleurs de poussées dentaire ont débarqué dans nos vies… Et dinosaurette à arrêter de faire ses nuits. Elle ce réveillait la nuit, on la berçait, la câlinait, la rendormait souvent au sein et la remettions au lit… Mais voilà, la fatigue s’accumulant nous sommes devenus moins patients. Nous avons donc finit par employé la facilité… Oui j’ai honte, mais j’étais E P U I S E R !

Voilà donc une routine qui c’est installée… Dès que dinosaurette ce réveillait nous la prenions dans notre lit pour finir nos nuits tranquillement. Egoistement sans doute. Les semaines et les mois défilant, elle ne voulais plus s’endormir ailleurs que dans notre lit. Nous avons essayais trois veilleuses différentes, des rituels courts, des longs, des précis sur l’heure, bien rythmés… rien a faire. Ce qui fait que nous avons céder, je l’endormais dans le lit conjugal, et nous la transvasions dans sont lit… Elle étais petite encore. Elle ne ce réveillait pas forcément, donc une fois couché dans son lit, nous étions « tranquille » elle avais toujours 1/2 réveils dans la nuit pour boire mais nous dormions; c’était ce qui nous importait le plus…

Puis elle à grandi, a 7 mois il était tout bonnement impossible de la transvasait dans son lit sans que cela ne la réveille. On à fini par passer des nuits entière avec notre fille. Le cododo je connais par coeur. Je connais surtout les crampes que cela implique. Les douleurs musculaires. La fatigue qui s’accumule et les moments ou tu as envie de tout plaquer…

J’ai fini par accuser le coup et être sur que cela était du a l’allaitement. J’ai voulu arrêter. J’en pleurais le jour, la nuit… Je m’en prenais énormément à Thomas car j’avais l’impression de faire beaucoup plus que lui, la journée entière avec bébé, a l’occupait, en prendre soin, etc etc; la nuit, a l’allaitait car j’étais devenue sa tétine ambulante… Petit à petit j’ai sombré, j’ai demander des conseils camouflé autour de moi, mais les réponses ne me convenais pas….

« Laisse la pleurer » ; « tu n’est pas son esclave ! »; « Apprend a reprendre du temps pour toi »…

J’en ai pris, j’en ai laisser…

J’ai fini par décider d’accepté… Accepté ce calvaire nocturne…

Oui j’ai repris du temps pour moi, je me suis inscrite à la salle de sport. J’ai fini par relâcher un peu la pression… j’ai délégué un peu, essayer en tout cas…

A bout de force, nous avons essayé cette fameuse méthode du 5-10-15… La méthode la plus horrible du monde selon moi… Elle était capable de pleurer des heures durant, de vomir a l’issue, de s’étouffer avec sa bave… Nous avons essayer durant 3 jours… le 3ème jour je me suis enfermé dans ma chambre, j’ai pleurais tout ce que j’avais a pleurer, je suis aller chercher mon bébé en sueur dans son lit, et j’ai fait promettre a Thomas que plus jamais nous ne la laisserons pleurer ainsi… Il faut savoir que nous pratiquons l’éducation bienveillante, que nous ne laissons jamais notre fille pleurer. Qui d’ailleurs ne pleure quasiment jamais… il lui arrive de ronchonner mais c’est tout…

Et enfin ! Il y a 2 semaines j’ai compris… J’ai compris que le souci n’était pas d’accepté… Il est hors de question que j’accepte de ne pas dormir, et géré la journée, que j’accepte sans chercher d’autres solutions…

J’ai donc décidé une énième fois, de mettre son matelas au sol, de lui donner le sein pour l’endormir dans son propre lit juste après une histoire, et voilà ! Le miracle c’est produit. Notre dinosaurette à accepter de faire ses nuits dans son lit… Elle peut ce réveillait une à deux fois dans la nuit, je la rejoint pour la rendormir au sein et retourne me coucher ensuite…

Parfois papa reussi a l’endormir rien qu’en la câlinant… Avec moi cela est impossible… C’est bien qu’elle ai des habitudes particulières avec l’un ou l’autre de ses parents.

Quel bonheur de récupéré notre lit conjugal !

A chaque difficulté existe une solution. C’est notre solution. Espérons que cela continue, en tout cas nous sommes sur la bonne voie.

 

Vous l’avez compris, le cododo m’a fait énormément culpabilisé, j’ai eu l’impression de faire subir de mauvaise nuit a mon bébé pour essayé d’en passé de meilleur, sauf que j’en passer de pire. J’ai eu l’impression de délaisser mon homme, lui qui n’osais pas bougé tout au bout du lit… Je pense que le cododo n’était  plus notre solution, j’ai adoré les premiers instants a dormir contre mon tout petit bébé, à sentir son souffle chaud contre ma poitrine, ce souffle qui me rassurait … Mais cette situation ne nous convenais plus, ni a moi, ni a dinosaurette…

Publié dans : Non classé | le 2 mars, 2017 |Pas de Commentaires »

Pâte à modeler maison…

Bonjour à toutes et à tous,

On ce retrouve aujourd’hui pour un billet particuliers…

Je vais vous donnez la recette de la pâte à modeler maison.

Je suis ce genre de maman un peu inquiète de ce qu’elle mets entre les mains de son enfant… Le bio, le maison, me rassure… Alors si vous êtes comme moi, je vous souhaite une bonne lecture, et de prendre autant de plaisir que moi en préparant votre pâte a modeler et en la faisant découvrir à votre enfants…

 

Il vous faudra :

-Une tasse (ou autre récipient, juste gardez le même du début a la fin)

-Une petite marmite ou fait tout.

-Une cuillère ou spatule en bois.

-Un tupperwear pour la conservation de la pâte

 

Ingrédients :

-Une tasse de farine  (ici farine biologique)

-Une demi tasse de bicarbonate OU de levure chimique (je préfère la bicarbonate)

-Une demi tasse de sel fin

-Une cuillère a café d’huile végétal (ici huile végétal bio)

-Une tasse d’eau très chaude

-Du colorant alimentaire (ici j’ai utilisé le liquide, et je conseil en poudre)

-Huile essentiel (FACULTATIF)

 

Préparation :

-Mélangez dans le fait-tout, tout les ingrédients sec (farine, sel, bicarbonate)

-Ajoutez l’huile végéta et l’eau.

-Remuez.

-Faire chauffer sur feu doux en remuant jusqu’à épaississement de la matière.

-Dès que la pâte décolle des bords du fait-tout retirez du feu.

-Laissez tiédir avant de pétrir (à la main) pour ne pas vous brûlez. (si la pâte colle, ajoutez de la farine jusqu’a l’obtention de la texture de la pâte à modeler)

-Séparez la pâte en nombre de couleur que vous voulez obtenir.

-Ajoutez le colorant alimentaire directement sur la pâte et pétrissez à la main. (Attention le colorant tâche ! Mettez des gants !!)

-La pâte risque de coller si vous utilisez du colorant liquide, dans ce cas, rajoutez de la farine.

-Pétrissez jusqu’à l’obtention d’une jolie pâte, homogène et non collante.

-Ajoutez, si vous souhaitez que la pâte sente bon, de l’huile essentiel. Ici nous avons ajouter de l’huile essentiel de citron, biologique (acheter en pharmacie)

Si vous désirez avoir l’odeur de la pâte à modeler industrielle, il faudra mettre un mélange d’huile essentiel d’amande et de vanille.  50-50.

 

Une fois utilisé n’oubliez pas de la mettre dans un tuppewear de façon à la conservée, si elle durci, possible avec le temps, il vous suffiras juste de vous passez les mains sous l’eau, sans les essuyez et de malaxez la pâte avec vos mains humide…

 

En espérant que ce billet vous plaises, je vous souhaite beaucoup de plaisir a le réaliser avec vos enfants et/ou vos petits protégés …

 

                                                                                                                                                                                                                                                                         A très bientôt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans : Non classé | le 11 février, 2017 |Pas de Commentaires »

Sécurité affective…

Pendant neuf mois nous préparons un cocon a notre petit d’homme encore au chaud dans notre bidon. Tout y passe. Le sol, les murs… des couleurs pastel, sereine… On choisi le lit avec soin, dans lequel on penseras qu’il sera le mieux, en sécurité… On choisi le linge de lit, raccord au couleur de sa chambre, doux, coton bio pour notre part… la table a langé ou nous pourrons tout avoir a disposition, pour aller au plus vite lors des changes pour que bébé n’attrape pas froid, avoir du stock d’avance… Ses petits vêtements, aussi beau les uns des autres, ses petites chaussures, chaussons, bavoirs, biberons etc etc… Vraiment tout y passe. Nous l’aimons déjà ce petit d’homme. Que nous l’ayons attendu ou pas… Des liens ce crées… Fort, indestructibles… Par ses coups, ses mouvements nous communiquons ensemble… certaines femmes font même des cours de préparation a l’accouchement, ou d’haptonomie… Tout est mis en oeuvre pour que bébé arrive dans un environnement calme, paisible, pour que la maman soit sereine au possible, que les deux parties ce sentent en sécurité…

Viens le moment de la naissance, le premiers contact peau a peau, le premier regard échanger… Nous nous noyons d’amour pour un si petit être, un être que nous avons créé de A à Z… Cette sensation d’amour profond bien présent et qui ce ressens… Que bébé ressent !

Papa et moi sommes d’accord depuis toujours sur le fait que bébé ne peut pas deviné que nous l’aimons si nous ne lui montrons pas, ne luis disons pas…  Ce petit d’homme est « programmer » pour s’attacher, c’est un reflexe de survie… D’ailleurs on parle souvent de figure d’attachement… Bébé à besoin d’aimer ET d’être aimer pour survivre. Pour grandir comme il ce doit aussi bien physiquement que psychologiquement.

On ne donne jamais TROP d’amour… Certains parents sont plus démonstrative de que d’autres… Chacun fait comme il peut je pense…

Ici on aime le contact visuel, tactile avec notre fille. Il est très important pour nous de lui dire 10…20…30x qu’on l’aime par jours… De la serrer dans nos bras… lui caresser le bras ou la joue quand on lui parle… faire des papouilles dans ses cheveux… des bisous sur les joues, dans le cou, tout partout… Tout est prétexte a la prendre dans les bras blottit contre nous…

On en a besoin autant qu’elle en a besoin…

Peut être qu’aujourd’hui il ne ce rend pas forcément compte ce petit d’homme de cet amour, mais je vous assures, prendre le temps de lui prouvr et lui montrer combien vous l’aimez, le sécurise, aujourd’hui mais aussi demain !

Je suis sur de moi en vous disant qu’un enfant qui sais être aimer et un enfant qui a confiance en l’autre… en lui… et qui s’épanouit psychologiquement…

Ici nous sommes pour l’éducation bienveillante, la motricité libre, le langage verbal ET visuel, l’allaitement et la sécurité affective… On est pour donner le meilleur, selon nous, à notre enfant.

Et vous ?

Publié dans : Non classé | le 9 février, 2017 |Pas de Commentaires »

Plus que jamais…

Plus que jamais, aujourd’hui, j’ai besoin d’écrire.

Aujourd’hui nous avons appris des choses concernant la santé de Dinosaurette. Des choses que j’aurai aimé ne pas apprendre…
Quand je vous le dit que nous n’avons vraiment pas de chance…
2017 ne sera pas bien meilleure pour notre fille, pour nous…

Lorsqu’elle avais 4 mois, lors d’une visite de routine chez le pédiatre, nous avons entendu un shunt cardiaque. Nous avons étais dirigé vers un cardiologue pédiatrique pour une échographie, juste histoire de comprendre d’où pouvais venir ce shunt…
A l’issue de ce rendez-vous nous avons compris…
Notre fille a une persistance du canal artériel.
C’est a dire : C’est le canal artériel physiologique (cardiaque) qui est censé ce fermer a la première respiration de l’enfant, mais il ne c’est pas fermer chez notre fille. Du coup, son coeur gauche travail plus que la normal. Ce dernier est beaucoup trop irrigué par le sang, les poumons également… Si ce n’est pas détecté a temps, cela peut avoir de grave conséquence… comme une hypertension artérielle pulmonaire…

Nous l’avons détecté à temps… Il veut néanmoins laisser la nature ce rattraper… il nous laisse un délai de 3 mois. Nous nous re voyons donc pour une seconde échographie cardiaque… Les choses n’ont pas bougé en bien, le coeur gauche a grossi…

Pour lui nous ne devons plus attendre, il nous dirige vers le meilleur chirurgien pédiatrique dans ce domaine de pathologie. Nous osons de lui demander si c’est a cause de sa délétion chromosomique.
Pour lui absolument pas.

 

Le rendez vous est donc pris avec ce fameux chirurgien au miracle… le 6 Janvier 2017Je n’ai pas fermer l’oeil de la nuit.
Je me suis imaginé la scène 100x 1000x…
Je me suis répété 10x des questions a ne surtout pas oublier.

 

Après 2h de route, Nous sommes dans le couloir de ce magicien des coeurs. Il refait une échographie, prend ensuite le temps de parler avec nous, répondre a nos réponses…
Mais, il y a un mais !
Quant on viens a parler des antécédents médicaux de Dinosaurette il nous questionne beaucoup sur sa délétion chromosomique. Il l’a remarquer avant même qu’on ne lui en parles. Je ne vous direz pas comment, ma fille n’est pas une bête de foire… beaucoup de questions sur son développement psychomoteur…
Et je doit admettre que je suis perdu…
Pour lui, la pathologie cardiaque est du a sa délétion chromosomique… Je lui demande plusieurs fois s’il est sur et certains, autant d fois il me l’assures…

 

Son coeur aujourd’hui, quoi d’autre demain ? Cela veut donc dire que la délétion ce développe…
On m’avais pourtant assurer que ce n’étais pas le cas, pas pour le moment…
Comment aider et protéger ma fille si je ne sais pas jusqu’ou ça iras ?
Personne ne peut rien m’assurer pour demain…

 

En attendant, ma petite dinosaurette ce fait opérer du coeur le 17 Janvier 2017… Il me reste 10 jours…
10 petits jours a rester forte
10 petits jours a me retenir de craquer
10 petits jours qui vont me paraitre une éternité…

 

Aujourd’hui plus que jamais j’ai besoin que l’on utilise pas de phrases toutes faites…On a pourtant beau me dire de ne pas m’inquiétais, je ne fait que ça…
C’est mon rôle à moi, sa maman… Ca m’énerve qu’on me demande de garder la tête haute, de ne pas avoir peur pour elle, car en pas avoir peur signifie que ça n’a pas ou peu d’importance, et ici ce n’est pas le cas… Ma fille est la chose la plus importante a mes yeux…

 

Aujourd’hui plus que jamais j’ai besoin d’écrire… mais écrire ne m’aide même pas….

 

 

 

Publié dans : Non classé | le 6 janvier, 2017 |1 Commentaire »
123

Envie de Vie |
Journal d'une ado pas ... |
Le journal d'une soeur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Xavieradelineinfini
| Ai-je le biscuit ??
| Unjourpourunjour